page 232

« Les gens sont là, vous pouvez sentir leur souffle, toucher leurs mains et essayer leurs bagues à vos doigts; leurs corps émettent une petite chaleur éternelle et si vous vous approchez, vous pouvez voir tout un réseau fluvial sous leur peau.
et puis les gens ne sont plus là. Brutalement, ne rient plus à vos oreilles, ne cherchent plus une mèche dans leur nuque, n’embrassent plus vos paupières, ne frottent plus leurs yeux délavés, ne disent plus s’il ne pleut pas demain nous pour- rions faire une promenade tous ensemble ce serait chouette, ne chantent plus sweet little Daffo dans vos cheveux, ne laissent plus flotter leur odeur fleurie dans la pièce, ne s’endorment plus calmes et chauds à vos côtés.
À vos doigts leurs bagues sont glacées, les gens vous abandonnent à leurs objets. »boltinventaire

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s